Ouvrir le menu principal

Page:Verlaine - Œuvres posthumes, Messein, I.djvu/387

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


I

EXTRÊMES-ONCTIONS


L’hiver dernier un jeune homme du plus grand monde recevait, à la sortie du bal de l’Opéra, un coup de poing américain qui lui mettait littéralement le visage en pièces et le confinait au lit pour des mois au bout desquels il resta défiguré à l’extrême de fort beau qu’il avait été, jurant d’ailleurs de « se venger salement », quand il y aurait lieu ; — mais il ne devait pas en être ainsi.

Sa laideur actuelle n’était pas supportable, dans le sens négatif du mot. Non, elle s’imposait.

Les lignes du profil confondues en des sortes de ruines qui avaient leur harmonie sauvage ; les nuances du teint et la physionomie en général comme pétries aux mains d’un ogre qui eût été