Ouvrir le menu principal

Page:Verlaine - Œuvres posthumes, Messein, I.djvu/325

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
315
souvenirs

d’une veuve trop fière, peut-être offensée, en tous cas compromise et se dérobant. Et comme la miséricorde de Jésus est infinie, la grâce n’aura pu descendre que sur un scélérat sans excuse. Mauvais mari, fils ingrat, père affreux, voleur sans pitié, certainement lâche, tel à mes yeux ce grand saint qu’un sonnet jeune de moi,


Lorsque Jésus fut mort et comme une auréole
S’allumait bleue au front blanc du Nazaréen,
Le Bon Larron prenant brusquement la parole :
— Compagnon, que dis-tu de ces choses ? — Moi, rien.

· · · · · · · · · · · · · · · · · · ·
Sinon qu’en pendant là cet homme l’on fit bien…


et cætera, blasphémait avec son Rédempteur et le nôtre, et à qui j’offre ici mes respectueuses excuses de n’avoir pas compris les raisons.

Espoir des endurcis ;

Modèle des contrits de tout à fait la dernière heure ;

Inventeur de la Pénitence finale ;

Magnifique vainqueur de Satan qui lui fîtes une blessure plus cuisante que tous les coups de tous les anges restés fidèles, avec votre cri de vrai soldat du Mal reconnaissant sa défaite, la seule parole de bonne foi de toute une coupable vie : « Seigneur ! ayez pitié de moi » ;

Saint Cléophas, priez pour nous.