Ouvrir le menu principal

Page:Verlaine - Œuvres posthumes, Messein, I.djvu/21

Cette page a été validée par deux contributeurs.


L’AMI DE LA NATURE


J’crach’ pas sur Paris, c’est rien chouett’ !
Mais comm’ j’ai une âm’ de poèt’,
Tous les dimanch’s j’sors de ma boît’
Et j’m’en vais avec ma compagne
À la campagne.
Nous prenons un train de banlieu’
Qui nous brouette à quèque lieu
Dans le vrai pays du p’tit bleu,
Car on n’boit pas toujours d’champagne
À la campagne.
Ell’ met sa rob’ de la Rein’ Blanch’,
Moi, j’emport’ ma pip’ la plus blanch’;
J’ai pas d’chemis’, mais j’mets des manch’,
Car il faut bien qu’l'éléganc’règne
À la campègne.
Nous arrivons, vrai, c’est très batt’ !
Des écaill’s d’huîtr’s comm’ chez Baratt’
Et des cocott’s qui vont à patt’,
Car on est tout comme chez soi
À la camp — quoi !