Ouvrir le menu principal

Page:Verlaine - Œuvres posthumes, Messein, I.djvu/144

Cette page a été validée par deux contributeurs.


LE LIVRE D’ESTHER[1]

I


Je suis un ennemi de toute hypocrisie,
Aussi, de tout ennui,
Et c’est pourquoi, ma trop chère, je t’ai choisie !
Je l’avoue aujourd’hui,

Comme je l’indiquais hier dans tel volume
Dont Bazile a rougi,
Comme je l’écrirai demain avec ma plume
D’homme chaste assagi,

Comme je le crierai, fût-ce en face des balles,
Fût-ce « à travers le feu,
« Le fer des bataillons », ces soûlantes cymbales,
Serait-ce, nom de Dieu !

  1. Cette pièce porte en note, au coin de la page, Le Livre d’Esther. Verlaine avait commencé un volume sous ce titre. « Je suis un ennemi de toute hypocrisie » devait être la première pièce du livre.