Ouvrir le menu principal

Page:Verlaine - Œuvres posthumes, Messein, I.djvu/115

Cette page a été validée par deux contributeurs.
105
varia


Après tout, ce bruit n’est pas
Pour annoncer mon trépas
Ni mes noces. Lors, me plaindre
Est oiseux, n’ayant à craindre
De ce conflit de sonneurs
Grands malheurs ni gros bonheurs.
Faut en prendre l’habitude ;
C’est de la vie, aussi bien :
La voix douce et la voix rude
Se fondant en chant chrétien…