Ouvrir le menu principal

Page:Verlaine - Œuvres posthumes, Messein, I.djvu/107

Cette page a été validée par deux contributeurs.
97
varia


Qui, toi douce ! et tout est fini
Du mal languide qui m’oppresse, —
Et qu’à jamais ton nom béni
Ferme les sceaux de ma détresse !