Page:Verlaine - Œuvres complètes, Vanier, IV.djvu/63

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
53
les poètes maudits

· · · · · · · · · · · · · · · ·
On ressemble au plaisir sous un chapeau de fleurs
· · · · · · · · · · · · · · · ·
· · · · · · · · · · · · · · · ·
Inexplicable cœur, énigme pour toi-même…
· · · · · · · · · · · · · · · ·
· · · · · · · · · · · · · · · ·
Dans ma sécurité tu ne vois qu’un délire.
· · · · · · · · · · · · · · · ·

. . . . . Trop faible esclave, écoute,

Écoute et ma raison te pardonne et t’absout.
Rends-lui du moins les pleurs ! Tu vas céder sans doute ?
Hélas non ! toujours non ! Ô mon cœur, prends donc tout !


Quant à la Prière perdue, pièce dont font partie ces derniers vers, nous faisons amende honorable à propos de notre mot trop répété de gentillesse d’il n’y a qu’un instant. Avec Marceline Desbordes-Valmore, on ne sait parfois ce que l’on doit dire ou retenir, tant vous trouble délicieusement ce génie, enchanteur lui-même enchanté !

Si quelque chose est de la passion bien exprimée autant que par les meilleurs élégiaques, c’est bien ceci, ou nous ne voulons plus nous y connaître.

Et les amitiés si pures en même temps que les amours si chastes de cette femme tendre et hautaine, qu’en dire suffisamment sinon de conseiller de lire tout son œuvre ? Ecoutez encore ces deux trop petits fragments :