Page:Verlaine - Œuvres complètes, Vanier, IV.djvu/245

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


MON TESTAMENT


Je ne donne rien aux pauvres parce que je suis un pauvre moi-même.

Je crois en Dieu.

Paul Verlaine.


Codicille. — Quant à ce qui concerne mes obsèques, je désire être mené au lieu du dernier repos dans une voiture Lesage et que mes restes soient déposés dans la crypte de l’Odéon. Comme mes lauriers n’ont jamais empêché personne de dormir, des chœurs pourront chanter pendant la triste cérémonie sur un air de Gossec, l’ode célèbre : « La France a perdu son Morphée. »


Fait à Paris, juin 1885.