Page:Verlaine - Œuvres complètes, Vanier, IV.djvu/199

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CHEVAL DE RETOUR



Il faisait noir dans l’escalier,
Plus noir encor sur le palier,
Et pour comble d’infortune
On ne voyait pas la lune.


Mon idée a toujours été d’habiter dans la vraie campagne, dans un village « en plein champ », une maison d’exploitation, une ferme dont je fusse le propriétaire et l’un des travailleurs, l’un des plus humbles, vu ma faiblesse et ma paresse.

Eh bien, j’ai réalisé cet « hoc erat », j’ai connu, pratiqué, apprécié les menues besognes des champs, un jardinage léger, la bonne curiosité, les saines médisances villageoises qui vous font comme une maison de verre et vous forcent à la correction de la vie, tenant toujours en haleine la dignité qui s’allait endormir, — et le sommeil à poings fermés après une journée simple. Cela assez longtemps pour m’en toujours souvenir et le regretter longtemps.

Car les circonstances, qu’il y ait eu de ma faute comme c’est probable ou non comme ça se pourrait,