Ouvrir le menu principal

Page:Verlaine - Œuvres complètes, Vanier, III.djvu/445

Cette page a été validée par deux contributeurs.



LXIX

RÉVEIL


Je reviens à la poésie !
La richesse décidément
Ne veut pas de mon dénûment,
Et c’est un triste dénouement.

À moi la provende choisie,
L’eau claire et pure et ce pain sec
Quotidien non sans, avec,
Un gentil petit air de rebec !

À moi le lit problématique
Aux nuits blanches, aux rêves noirs,
À moi les éternels espoirs
Pavanés des matins aux soirs !