Ouvrir le menu principal

Page:Verlaine - Œuvres complètes, Vanier, III.djvu/394

Cette page a été validée par deux contributeurs.



XL

À PROPOS D’UN PROCÈS INTENTÉ
À UN
ARCHEVÊQUE FRANÇAIS


Je n’aime pas énormément
Le Clergé que le Concordat
Nous procure présentement,
Et je voudrais qu’on émondât

Quelque peu, quand même un Soldat
S’en mêlerait brusque et charmant
Au fond, remplissant ce mandat :
Tout pour le bien, — et persistât,

Qu’on émondât quelque peu, dis-je,
— Par quel détour ou quel prodige
Je n’en sais rien, mais je m’entête —