Ouvrir le menu principal

Page:Verlaine - Œuvres complètes, Vanier, III.djvu/373

Cette page a été validée par deux contributeurs.


XXV

À L’ADRESSE DE D’AUCUNS


Rompons ! Ce que j’ai dit, je ne le reprends pas.
Puisque je le pensai, c’est donc que c’était vrai,
Je le garderai jusqu’au jour où je mourrai
Total, intégral, pur, en dépit des combats.

De la rancœur très haute et de l’orgueil très bas,
Mais comme un fier métal qui sort du minerai
De vos nuages à la fin je surgirai,
Je surgis, amitiés d’ennuis et de débats.

Ô pour l’affection toute simple et si douce
Où l’âme se blottit comme en un nid de mousse.
Et fi donc de la sale « âme parisienne ».

Vive l’esprit français, d’Artois jusqu’en Gascogne,
De la Champagne et de l’Argonne à la Bourgogne,
Et vive un cœur, morbleu ! dont un cœur se souvienne !