Ouvrir le menu principal

Page:Verlaine - Œuvres complètes, Vanier, III.djvu/356

Cette page a été validée par deux contributeurs.


XVII

LES MUSES ET LE POÈTE


Mœcenas, atavis edite regibus.
Q. H. F.


LE POÈTE

Muses de Gaillard et Ritt
Chantons vite les mérites
Des Mécènes de la Seine :

Disons vite que J. R***
N’est la moitié d’un escroc
Mais le comble de l’obscène.

Proclamez très haut qu’Albert
S*** que l’on révère
Emmi plus d’un tribunal

Est le parangon bien net
De l’Éditeur déshonnête
Et du puffisme infernal…