Ouvrir le menu principal

Page:Verlaine - Œuvres complètes, Vanier, III.djvu/342

Cette page a été validée par deux contributeurs.


IX

LA BALLADE DE L’ÉCOLE ROMANE


En ce siècle qui prend la fuite
Nous possédions, déjà, très las
Mais obstinés dans la poursuite
D’un mieux toujours pas bien, hélas !
Des escholiers pour le soulas
De cette folle monomane,
Notre littérature en bloc ;
Mais tout cela c’était en toc :
Salut à l’École romane !

À bas Baju ! Qu’il meur’ bien vite
Sous les coups d’un vaillant Maurras.
D’un Lynan, brillant néophyte,
D’un Raynaud, tout zèle au pourchas
De la gloire de Moréas,
Que l’apocope se pavane