Ouvrir le menu principal

Page:Verlaine - Œuvres complètes, Vanier, III.djvu/325

Cette page a été validée par deux contributeurs.


II

POST-SCRIPTUM AU PROLOGUE


Mais, avant que d’entamer
Ce livre où mon fiel s’amuse,
Je récuse comme Muse
Celle qui ne sut m’aimer,

Celle à qui mon nom sut plaire,
Quand j’avais un sou vaillant,
Et qui me lâcha m’ayant
Ruiné, non en colère,

Non pour tel ou tel grief,
Sans nul doute un peu plausible,
Mais de sang-froid, plus horrible
Que tel criminel grief,