Page:Verlaine - Œuvres complètes, Vanier, III.djvu/309

Cette page a été validée par deux contributeurs.


LA BONNE CRAINTE


Le diable de Papefiguière
Eut tort, d’accord, d’être effrayé
De quoi, bons Dieu !

Mais que veut-on que je requière
À son encontre, moi qui ai
Peur encore mieux ?

Eh quoi, cette grâce infinie
Délice, délire, harmonie
De cette chair,

Ô femme, ô femmes, qu’est la vôtre
Dont le mol péché qui s’y vautre
M’est si cher

Aboutissant, c’est vrai, par quelles
Ombreuses gentiment venelles
Ou richement,