Ouvrir le menu principal

Page:Verlaine - Œuvres complètes, Vanier, III.djvu/201

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
191
dédicaces


De la crainte légitime
D’un trépas sans conscience
De soi-même. — Aussi ma rime
Fleure aujourd’hui d’innocence !

Et demain en fleurira.
Car notre amour est sacré,
Témoin des et (cætera)
D’un deuil qui viendra, malgré

Tout, et songeons bien, chérie,
À ces tristes fins dernières.
Hélas ! ma pauvre chérie,
Songeons à nos fins dernières.


Hôpital Broussais, 9 juillet 1893.