Ouvrir le menu principal

Page:Verlaine - Œuvres complètes, Vanier, III.djvu/190

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LXXXI

AU COMPAGNON LARTIGUES


Pour Henri Cholin.


Vous qui ne connaissez de brigue
Que la seule briguedondaine
Et n’ourdissez jamais d’intrigue
Qu’en l’espoir de quelque fredaine,

Un penser d’amour et de haine
Pourtant vous hante et vous fatigue
Et vous fait plate la bedaine :
L’amour du Pauvre, bon Lartigue !

L’amour du Pauvre mieux peut-être
Que celui du moderne prêtre
Et de l’actuel philanthrope.

Si cela c’est être anarchiste
Inscrivez-moi sur votre liste.
— Et que saute la vieille Europe !


Hôpital Broussais, 15 janvier 1893.