Ouvrir le menu principal

Page:Verlaine - Œuvres complètes, Vanier, III.djvu/177

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LXVIII

SUR UN BUSTE DE MOI


Pour mon ami Niederhausern.


Ce buste qui me représente
Auprès de la postérité
Lui montre une face imposante
Pleine de quelle gravité !

Devant cette tête pesante
Du poids tous les jours augmenté
D’une pensée, ô pas puissante
D’un souci plutôt entêté,

Qu’est-ce que vont dire les femmes
Et les hommes des temps futurs ?
« Au fait, on sent, sous ces traits durs

Et derrière ces yeux aux flammes
Noires, un monsieur malveillant,
Mais le sculpteur eut du talent. »