Ouvrir le menu principal

Page:Verlaine - Œuvres complètes, Vanier, III.djvu/160

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LV

À MON ÉDITEUR


I

MISÈRE


Je veux dépeindre en ce sonnet
Toute mon indignation
Contre ce Vanier qu’on connaît,
Aussi la résignation

Qu’il me faut (avec l’onction
Nécessaire au temps où l’on est,
Temps gaspillé sous l’action
D’une jeunesse qui renaît).

Or ce Vanier dont la maison
Telle celle dite Pont-Neuf
N’est pas au coin du quai, raison

Insuffisante à mon courroux
Terrible, tel celui d’un bœuf,
Oui, ce Vanier n’a pas de sous