Ouvrir le menu principal

Page:Verlaine - Œuvres complètes, Vanier, III.djvu/149

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


XLVIII

À E...


pour ses étrennes


Je méprise, vrai ! ces vers-ci
Mais j’aime le sujet d’iceux,
Les vers sont-ils tendres ou pisseux ?
Mais le sujet est réussi.

Mais j’idolâtre, au fond, ces vers
— Parce qu’ils figurent mon âme
Pisseuse ou tendre — à telle dame
Sur un fond candide ou pervers.

Et ces vers pervers ou candides
Seront le témoignage, au fond,
De choix qui viennent et qui vont

Et finissent d’après d’avides,
D’avidement cruels désirs
Et tout ! par être moins perfides.


1er janvier 1894.