Ouvrir le menu principal

Page:Verlaine - Œuvres complètes, Vanier, III.djvu/136

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


XXXVIII

À MES AMIS DE LÀ-BAS


Gens de la paisible Hollande
Qu’un instant ma voix vint troubler
Sans trop, j’espère, d’ire grande

De votre part, voulant parler
À vos esprits que la nature
Fit calmes pour mieux y mêler

L’enthousiasme et la foi pure
Et l’idéal fou de réel
Et la raison et l’aventure

De sorte équitable, — ô le ciel
Non plus brumeux, mais de par l’ombre
Même, et l’éclat essentiel,