Ouvrir le menu principal

Page:Verlaine - Œuvres complètes, Vanier, III.djvu/127

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


XXIX

À CHARLES DE SIVRY


Artiste, toi, jusqu’au fantastique,
Poète, moi, jusqu’à la bêtise,
Nous voilà, la barbe à moitié grise,
Moi fou de vers et toi de musique.

Nous voilà, non sans quelques travaux.
Riches, moi de l’eau de l’Hippocrène,
Quand toi des chansons de la Sirène,
Mûrs pour la gloire et ses échafauds.

Bah ! nous aurons eu notre plaisir
Qui n’est pas celui de tout le monde
Et le loisir de notre désir.

Aussi bénissons la paix profonde
Qu’à défaut d’un trésor moins subtil
Nous donnèrent ces ainsi soit-il.