Ouvrir le menu principal

Page:Verlaine - Œuvres complètes, Vanier, III.djvu/122

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


XXIV

À LOUIS ET JEAN JULLIEN


Savantissimo Doctori
Bonissimoque Scriptori,
Au frère et puis encore au frère

Ce sont les jambes en l’air
Qui commence à chanter son air
En pur latin de feu Molière !

Ce sonnet pour dire à tous deux
Sur un ton badin mais sincère
Que je les aime bien et serre
Leurs loyales mains à tous deux.

Louis, malgré le sort contraire,
Salut à vous qui guérissez,
À vous aussi qui punissez
L’ordre bourgeois, Jean, mon confrère.