Ouvrir le menu principal

Page:Verlaine - Œuvres complètes, Vanier, II.djvu/86

Cette page a été validée par deux contributeurs.
76
amour


Et je reste sanglant, tirant
Mes pas saignants vers le torrent
Qui hurle à travers mon bois chaste.
Laissez-moi mourir au moins, vous,
Mes frères pour de bon, les Loups ! —
Que ma sœur, la Femme, dévaste.