Ouvrir le menu principal

Page:Verlaine - Œuvres complètes, Vanier, II.djvu/417

Cette page a été validée par deux contributeurs.


V


« Quand je cause avec toi paisiblement,
Ce m’est vraiment charmant, tu causes si paisiblement !

Quand je dispute et te fais des reproches,
Tu disputes, c’est drôle, et me fais aussi des reproches.

S’il m’arrive, hélas ! d’un peu te tromper,
misère ! tu cours la ville afin de me tromper.

Et si je suis depuis des temps fidèle,
Tu me restes, durant juste tous ces temps-là, fidèle.

Suis-je heureux, tu te montres plus heureuse
Encore, et je suis plus heureux, d’enfin ! te voir heureuse.

Pleuré-je, tu pleures à mon côté.
Suis-je pressant, tu viens bien gentiment de mon côté.