Ouvrir le menu principal

Page:Verlaine - Œuvres complètes, Vanier, II.djvu/322

Cette page a été validée par deux contributeurs.




V


Zon, flûte et basse.
Zon, violon.
(BÉRANGER.)


Jusques aux pervers nonchaloirs
De ces yeux noirs,
Jusques, depuis ces flemmes blanches
De larges hanches
Et d’un ventre et de beaux seins
Aux fiers dessins,

Tout pervertit, tout convertit tous mes desseins

Jusques à votre menterie,
Bouche fleurie,
Jusques aux pièges mal tendus
Tant attendus,
De tant d’appas, de tant de charmes.
De tant d’alarmes,

Tout pervertit, tout avertit mes tristes larmes,