Ouvrir le menu principal

Page:Verlaine - Œuvres complètes, Vanier, II.djvu/318

Cette page a été validée par deux contributeurs.




III


Voulant te fuir (fuir ses amours !
Mais un poète est bête),
J’ai pris, l’un de ces derniers jours,
La poudre d’escampette.
Qui fut penaud, qui fut nigaud
Dès après un quart d’heure ?
Et je revins en mendigot
Qui supplie et qui pleure.


Tu pardonnas : mais pas longtemps
Depuis la fois première
Je filais, pareil aux autans,
Comme la fois dernière.
Tu me cherchas, me dénichas ;
Courte et bonne, l’enquête !
Qui fut content du doux pourchas ?
Moi donc, ta grosse bête !