Ouvrir le menu principal

Page:Verlaine - Œuvres complètes, Vanier, II.djvu/258

Cette page a été validée par deux contributeurs.


VII

LE DERNIER DIZAIN

Ô Belgique qui m’as valu ce dur loisir,
Merci ! J’ai pu du moins réfléchir et saisir
Dans le silence doux et blanc de tes cellules
Les raisons qui fuyaient comme des libellules
À travers les roseaux bavards d’un monde vain
Les raisons de mon être éternel et divin,
Et les étiqueter comme en un beau musée
Dans les cases en fin cristal de ma pensée.
Mais, ô Belgique, assez de ce huis-clos têtu !
Ouvre enfin, car c’est bon pour une fois, sais-tu !


Bruxelles, août 1873. — Mons, janvier 1875.