Ouvrir le menu principal

Page:Verlaine - Œuvres complètes, Vanier, II.djvu/242

Cette page a été validée par deux contributeurs.


IV

AUBURN

« Et des châtain’s aussi. »
(Chanson de Malbrouk.)


Tes yeux, tes cheveux indécis,
L’arc mal précis de tes sourcils,
La fleur pâlotte de ta bouche,
Ton corps vague et pourtant dodu,
Te donnent un air peu farouche
À qui tout mon hommage est dû.

Mon hommage, ah, parbleu ! tu l’as.
Tous les soirs, quels joie et soulas,
Ô ma très sortable châtaine,
Quand vers mon lit tu viens, les seins
Roides, et quelque peu hautaine,
Sûre de mes humbles desseins.

Les seins roides sous la chemise,
Fière de la fête promise