Ouvrir le menu principal

Page:Verlaine - Œuvres complètes, Vanier, II.djvu/240

Cette page a été validée par deux contributeurs.


III

CASTA PIANA

Tes cheveux bleus aux dessous roux,
Tes yeux très durs qui sont trop doux,
Ta beauté, qui n’en est pas une,
Tes seins que busqua, que musqua
Un diable cruel et jusqu’à
Ta pâleur volée à la lune,

Nous ont mis dans tous nos états,
Notre-dame du galetas
Que l’on vénère avec des cierges
Non bénits, les Avé non plus
Récités lors des Angélus
Que sonnent tant d’heures peu vierges.

Et vraiment tu sens le fagot :
Tu tournes un homme en nigaud,