Ouvrir le menu principal

Page:Verlaine - Œuvres complètes, Vanier, II.djvu/139

Cette page a été validée par deux contributeurs.
129
bonheur

Le lys du faire pur, celui du chaste dire,
Et, si daigne Jésus, la rose du martyre.
Alors on trouve, ô Jésus si lent à vous venger,
Combien doux est le joug et le fardeau léger !
 
Charité la plus forte entre toutes les Forces,
Tu veux dire, saint piège aux célestes amorces,
Les mains tendres du fort, de l’heureux et du grand
Autour du sort plaintif du faible et du souffrant.
Le regard franc du riche au pauvre exempt d’envie
Ou jaloux, et ton nom encore signifie
Quelle douceur choisie, et quel droit dévouement,
Et ce tact virginal, et l’ange exactement !
Mais l’ange est innocent, essence bienheureuse.
Il n’a point à passer par notre vie affreuse
Et toi, Vertu sans pair, presqu’Une, n’es-tu pas
Humaine en même temps que divine, ici-bas ?
Aussi la conscience a dû, pour des fins sûres.
Surtout sentir en toi le pardon des injures.

Par toi nous devenons semblables à Jésus
Portant sa croix infâme et qui, cloué dessus,
Priait pour ses bourreaux d’Israël et de Rome,
À Jésus qui, du moins, homme avec tout d’un homme,
N’avait lui jamais eu de torts de son côté,
Et, par Lui, tu nous fais croire en l’éternité.