Ouvrir le menu principal

Page:Verlaine - Œuvres complètes, Vanier, II.djvu/137

Cette page a été validée par deux contributeurs.
127
bonheur


Et ni plus l'Espérance
Pour le ciel mérité
Par combien de souffrance !
Rien. Si. La Charité.
 
Le pardon des offenses
Comme un déchirement,
L’abandon des vengeances.
Comme un délaissement,

Changer au mieux le pire,
À la méchanceté
Déployant son empire,
Opposer la bonté,

Peser, se rendre compte.
Faire la part de tous,
Boire la bonne honte,
Être toujours plus doux...
 
Quelque chaleur va luire
Pour le cœur fatigué,
La vie enfin sourire
A cet homme trop gai.

Et puisque je pardonne,
Mon Dieu, pardonnez-moi,
Ornant l'âme enfin bonne
D’espérance et de foi.