Ouvrir le menu principal

Page:Verlaine - Œuvres complètes, Vanier, II.djvu/127

Cette page a été validée par deux contributeurs.
117
amour


Ma tristesse en toi
S’égaie à ces sons
Qui disent : « Courage ! »
Au cœur que l’orage
Emplit des frissons
De quel triste émoi !

Orage, ta rage.
Tais-la, que je cause
Avec mon ami
Qui semble endormi,
Mais qui se repose
En un conseil sage…