Ouvrir le menu principal

Page:Verlaine - Œuvres complètes, Vanier, I.djvu/419

Cette page a été validée par deux contributeurs.

Se fit. On lui portait en secret une lettre,
Une lettre de lui, qui lui marquait peut-être
Un rendez-vous.
 
Un rendez-vous. Elle ne put la déchirer.

· · · · · · · · · · · · · · · · · · ·

Marquis, pauvre marquis, qu’avez-vous à pleurer
Au chevet de ce lit de blanche mousseline ?
Elle est malade, bien malade.
Elle est malade, bien malade. « Sœur Aline,
A-t-elle un peu dormi ? »
A-t-elle un peu dormi?»— « Mal, Monsieur le marquis. »
Et le marquis pleurait.
Et le marquis pleurait. « Elle est ainsi depuis
« Deux heures, somnolente et calme. Mais que dire
« De la nuit ? Ah ! Monsieur le marquis, quel délire ?
« Elle vous appelait, vous demandait pardon
« Sans cesse, encor, toujours, et tirait le cordon
« De sa sonnette. »
« De sa sonnette. » Et le marquis frappait sa tête
De ses deux poings et, fou dans sa douleur muette,
Marchait à grands pas sourds sur les tapis épais.
(Dès qu’elle fut malade, elle n’eut pas de paix
Qu’elle n’eût avoué ses fautes au pauvre homme
Qui pardonna.) La sœur reprit pâle : « Elle eut comme