Ouvrir le menu principal

Page:Verlaine - Œuvres complètes, Vanier, I.djvu/408

Cette page a été validée par deux contributeurs.




LA GRACE


À Armand Silvestre.


 
Un cachot. Une femme à genoux, en prière.
Une tête de mort est gisante par terre,
Et parle, d’un ton aigre et douloureux aussi.
D’une lampe au plafond tombe un rayon transi.

« Dame Reine… — Encor toi, Satan ! — Madame Reine…
— « Seigneur, faites mon oreille assez sereine
« Pour ouïr sans l’écouter ce que dit le Malin ! »
— « Ah ! ce fut un vaillant et galant châtelain
« Que votre époux ! Toujours en guerre ou bien on fête
« (Hélas ! j’en puis parler puisque je suis sa tête),
« Il vous aima, mais moins encore qu’il n’eût dû.
« Que de vertu gâtée et que de temps perdu
« En vains tournois, en cours d’amour loin de sa dame
« Qui belle et jeune prit un amant, la pauvre âme ! » —
— « Ô Seigneur, écartez ce calice de moi ! » —
— « Comme ils s’aimèrent ! Ils s’étaient juré leur foi