Ouvrir le menu principal

Page:Verlaine - Œuvres complètes, Vanier, I.djvu/377

Cette page a été validée par deux contributeurs.


« Nous autres qu’un tel souci laisse
Et laissera toujours très cois,
Nous n’avons pas cette faiblesse,
Car la faim nous chasse du bois,

« Et nous avons de quoi repaître
Cet impérial appétit,
Le champ de bataille sans maître
N’étant ni vide ni petit.

« Or, sans plus perdre en phrases vaines
Dont quelque sot serait jaloux
Celle façon de grasses aubaines,
Buvons et mangeons, nous, les Loups ! »