Ouvrir le menu principal

Page:Verlaine - Œuvres complètes, Vanier, I.djvu/367

Cette page a été validée par deux contributeurs.




VERS JEUNES




LE SOLDAT LABOUREUR


Or ce vieillard était horrÀ Edmond Lepelletier


Or ce vieillard était horrible : un de ses yeux,
Crevé, saignait, tandis que l’autre, chassieux,
Brutalement luisait sous son sourcil en brosse ;
Les cheveux se dressaient d’une façon féroce,
Blancs, et paraissaient moins des cheveux que des crins ;
Le vieux torse solide encore sur les reins,
Comme au ressouvenir des balles affrontées,
Cambré, contrariait les épaules voûtées ;
La main gauche avait l’air de chercher le pommeau
D’un sabre habituel et dont le long fourreau
Semblait, s’embarrassant avec la sabretache,
Gêner la marche et vers la tombante moustache