Ouvrir le menu principal

Page:Verlaine - Œuvres complètes, Vanier, I.djvu/361

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Rosalinde

Regardez, les voilà ! Qu’est-ce qu’ils vont se dire ?

(Ils remontent le théâtre.)



SCÈNE IX

Les Précédents, CHLORIS, MYRTIL



Chloris

Allons, encore un peu de franchise, beau sire
Ténébreux. Avouez votre cas tout à fait.
Le silence, n’est-il pas vrai ? vous étouffait,
Et l’obligation banale où vous vous crûtes
D’imiter à tout bout de champ la voix des flûtes
Pour quelque madrigal bien fade à mon endroit
Vous étouffait, ainsi qu’un pourpoint trop étroit ?
Votre cœur qui battait pour elle dut me taire
Par politesse et par prudence son mystère ;
Mais à présent que j’ai presque tout deviné,
Pourquoi continuer ce mutisme obstiné ?
Parlez d’elle, cela d’abord sera sincère.
Puis vous souffrirez moins, et, s’il est nécessaire
De vous intéresser aux souffrances d’autrui,
J’ai besoin en retour de vous parler de lui