Ouvrir le menu principal

Page:Verlaine - Œuvres complètes, Vanier, I.djvu/360

Cette page a été validée par deux contributeurs.

Est le vôtre. Causons de nos deuils identiques.
Des malheureux ce sont, il paraît, les pratiques,
Cela, dit-on, console. Or, nous aimons toujours
Vous Chloris, moi Myrtil, sans espoir de retours
Apparents. Entre nous la seule différence
C’est que l’on m’a trahie, et que votre souffrance
À vous vient de vous-même et n’est qu’un châtiment.
Ai-je tort ?

Sylvandre

Ai-je tort ? Vous lisez dans mon cœur couramment,
Chère Chloris, je t’ai méchamment méconnue !
Qui me rendra jamais ta malice ingénue,
Et ta gaîté si bonne, et ta grâce, et ton cœur ?

Rosalinde

Et moi, par un destin bien autrement moqueur,
Je pleure après Myrtil infidèle…

Sylvandre

Je pleure après Myrtil infidèle…Infidèle !
Mais c’est qu’alors Chloris l’aimerait. Ô mort d’elle !
J’enrage et je gémis ! Mais ne disiez-vous pas
Tantôt qu’elle m’aimait encore. — Ô cieux, là-bas,
Regardez, les voilà !