Ouvrir le menu principal

Page:Verlaine - Œuvres complètes, Vanier, I.djvu/353

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Myrtil, très vivement.

De Sylvandre ?Ô oui !

(Se reprenant.)

De Sylvandre ?Ô oui !Mais au passé, chère belle.

Chloris

Allons, un tel aveu, bien que tardif, s’appelle
Une galanterie, et je l’admets ainsi
Donc vous m’aimez ?

Myrtil, distrait, après un silence.

Donc vous m’aimez ?Ô oui !


Chloris

Donc vous m’aimez ?Ô oui !Quel amoureux transi
Vous seriez si d’ailleurs vous l’étiez de moi !

Myrtil, même jeu que précédemment.

Vous seriez si d’ailleurs vous l’étiez de moi ! Douce
Amie !

Chloris

Ah ! que c’est froid ! « Douce amie ! » Il vous trousse