Ouvrir le menu principal

Page:Verlaine - Œuvres complètes, Vanier, I.djvu/351

Cette page a été validée par deux contributeurs.



Chloris

Qui ? ma beauté ?Non !… L’autre…Ah ! — J’avais la pensée
Bien autre part, je vous l’avoue, et m’attendais
À quelque madrigal un peu compliqué, mais
Sans doute vous voulez parler de Rosalinde
Et du courroux auquel son cœur crispé se guinde…
N’en doutez pas, elle est vexée horriblement.

Myrtil

En êtes-vous bien sûre ?

Chloris

En êtes-vous bien sûre ? Ah çà, pour un amant
Tout récemment élu, sur sa chaude supplique
Encore ! et dans un tel concours mélancolique
Malgré qu’un tant soit peu plaisant d’événements,
Ne pouvez-vous pas mieux employer les moments
Premiers de nos premiers amours, ô cher Thésée,
Qu’à vous préoccuper d’Ariane laissée ?
— Mais taisons cela, quitte à plus tard en parler. —
Eh oui, là je vous jure, à ne rien vous céler,
Que Rosalinde, éprise encor d’un infidèle,
Trépigne, peste, enrage, et sa rancœur est telle
Qu’elle m’en a pris mon Sylvandre de dépit.