Ouvrir le menu principal

Page:Verlaine - Œuvres complètes, Vanier, I.djvu/349

Cette page a été validée par deux contributeurs.



Myrtil

Et puisqu’en ce conflit où chacun se rebiffe
Chloris aussi veut bien m’avoir pour hippogriffe
De ses rêves devers la lune ou bien ailleurs,
Me voici tout bridé, couvert d’ailleurs de fleurs
Charmantes aux odeurs puissantes et divines
Dont je sentirai tôt ou tard les épines,

(À Chloris)

Madame, n’est-ce pas ?

Chloris

Madame, n’est-ce pas ?Taisez-vous et m’aimez.
Adieu, Sylvandre !

Rosalinde

Adieu, Sylvandre !Adieu, Myrtil !


Myrtil, à Rosalinde.

Adieu, Sylvandre !Adieu, Myrtil !Est-ce à jamais ?


Sylvandre, à Chloris.

C’est pour toujours !