Ouvrir le menu principal

Page:Verlaine - Œuvres complètes, Vanier, I.djvu/180

Cette page a été validée par deux contributeurs.



BRUXELLES


SIMPLES FRESQUES


I


La fuite est verdâtre et rose
Des collines et des rampes,
Dans un demi-jour de lampes
Qui vient brouiller toute chose.

L’or sur les humbles abîmes,
Tout doucement s’ensanglante,
Des petits arbres sans cimes,
Où quelque oiseau faible chante.

Triste à peine tant s’effacent
Ces apparences d’automne.
Toutes mes langueurs rêvassent,
Que berce l’air monotone.