Ouvrir le menu principal

Page:Verlaine - Œuvres complètes, Vanier, I.djvu/178

Cette page a été validée par deux contributeurs.



CHARLEROI


Dans l’herbe noire
Les Kobolds vont.
Le vent profond
Pleure, on veut croire.

Quoi donc se sent ?
L’avoine siffle.
Un buisson gifle
L’œil au passant.

Plutôt des bouges
Que des maisons.
Quels horizons
De forges rouges !

On sent donc quoi ?
Des gares tonnent,
Les yeux s’étonnent,
Où Charleroi ?