Ouvrir le menu principal

Page:Verlaine - Œuvres complètes, Vanier, I.djvu/165

Cette page a été validée par deux contributeurs.



III


Il pleut doucement sur la ville.
(Arthur Rimbaud.)


Il pleure dans mon cœur
Comme il pleut sur la ville,
Quelle est cette langueur
Qui pénètre mon cœur ?

Ô bruit doux de la pluie
Par terre et sur les toits !
Pour un cœur qui s’ennuie,
Ô le chant de la pluie !

Il pleure sans raison
Dans ce cœur qui s’écœure.
Quoi ! nulle trahison ?
Ce deuil est sans raison.