Ouvrir le menu principal

Page:Verlaine - Œuvres complètes, Vanier, I.djvu/151

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Mais plutôt je ne veux vous voir,
L’avenir dût-il m’être sombre
Et fécond en peines sans nombre,
Qu’à travers un immense espoir,

Plongé dans ce bonheur suprême
De me dire encore et toujours,
En dépit des mornes retours,
Que je vous aime, que je t’aime !