Ouvrir le menu principal

Page:Verlaine - Œuvres complètes, Vanier, I.djvu/148

Cette page a été validée par deux contributeurs.



Or, hier je suis parti plein d’ivresse :
Est-ce un espoir vain que mon cœur caresse,


Un vain espoir, faux et doux compagnon ?
Oh ! non ! n’est-ce pas ? n’est-ce pas que non ?