Page:Verhaeren - Poèmes, t2, 1896.djvu/93

Cette page a été validée par deux contributeurs.
89
les débacles


PRIÈRE


Lunes du gel dans les grottes de l’or nocturne,
Glaives d’acier, lames d’argent, pointes de fer,
Minuit silencieux, qui t’ériges dans l’air
Comme une volonté dardante et taciturne,

Voici mon cœur pour les couteaux de tes silences,
Et mes ardeurs pour tes linceuils et tes tombeaux,
Minuit clair et lointain, voici pour tes flambeaux
Mon grand rêve brisé comme un combat de lances.