Page:Verhaeren - Poèmes, t2, 1896.djvu/37

Cette page a été validée par deux contributeurs.
33
les soirs


ILLUSION


Droite, sur le pignon, une cigogne, l’une
Patte levée et l’autre en tige de roseaux,
Et le bec large ouvert, ainsi que des ciseaux
De pâle argent, pour découper le clair de lune,

Pour découper le pâle argent du clair de lune
Et ses moires et ses velours, ou bien encor
Happer les feux de nacre et les étoiles d’or
Qui s’éveillent avec les sylphes de la brune,